Podcast
Twitter
Rss
Facebook
Mon oeil ! Le Blog de Gregory Dufour
Twitter
Facebook
Mobile
Rss
Podcast
YouTube Channel

Derniers tweets
RT @ChdOrnellas: Alors que JM Blanquer répète son opposition à l’écriture inclusive, des professeurs reçoivent ce courrier du... ministère…
RT @gduval_altereco: Les robots vont faire disparaître l'emploi... La une de l'hebdo allemand Der Spiegel en 1964, en 1978 et en 2017 🙂 ht…
RT @lecofape: ⚽️ #France - #Allemagne ce soir en match amical de #football. Retour sur quelques statistiques franco-allemandes footballisti…
⚽️France-Allemagne ce soir en match amical de football. Retour sur quelques statistiques franco-allemandes... https://t.co/t8qAHzM8I9
RT @Audace_France: En France : 30 à 40 entreprises disparaissent chaque jour à cause des retards de paiement et de leurs conséquences sur l…


Dernières notes

41ème Chronique France-Allemagne : "André Bord, figure historique de la relation franco-allemande"


par Gregory Dufour




Le 25 janvier 2016 était diffusée la 41ème Chronique France-Allemagne de Radio Jerico.

Cette Chronique était consacrée à André Bord, figure historique de la relation franco-allemande. Résistant, militant gaulliste, ministre, président du Racing Club de Strasbourg, coordinateur des relations franco-allemandes, André Bord était une sacrée personnalité pour qui j'ai eu l'honneur de travailler.

Je vous invite à découvrir ci-dessous le texte et le podcast de cette nouvelle Chronique France-Allemagne.
 
*****
 
La relation franco-allemande ne serait sans doute pas ce qu’elle est aujourd’hui s’il n’y avait pas eu l’action courageuse et désintéressée d’hommes et de femmes depuis la Seconde Guerre mondiale.
 
Le nom d’André Bord mériterait d’être inscrit en haut de la liste de tous ces passeurs de culture et promoteurs de l’amitié franco-allemande. André Bord était incontestablement « l’homme de conviction et de courage dont les sociétés des deux pays ont besoin pour aller plus loin dans leurs contacts », comme l’évoquait Jacques Chirac en juin 2000 lors d’une visite d’Etat en Allemagne.
 
Oublié injustement par de trop nombreux acteurs de la relation franco-allemande, y compris par de trop nombreux politiques ou historiens, André Bord aura en effet fortement marqué les relations franco-allemandes mais aussi la Vème République.
 
Né à Strasbourg en 1922, issu d’une famille ouvrière, André Bord aura eu plusieurs vies. D’abord comme résistant lors de la Seconde guerre mondiale au sein notamment de la fameuse Brigade Alsace-Lorraine d’André Malraux, puis en politique où il entrera dès 1947 en tant que militant gaulliste avant d’entamer une brillante carrière. Il sera notamment ministre sans interruption pendant 12 ans de Gaulle à Giscard d’Estaing et président du conseil régional d’Alsace dans les années 70. Et puis il y a sa dernière vie, une dernière vie qu’il consacrera en grande partie à la relation franco-allemande au sein de la Commission interministérielle de Coopération France-Allemagne qu’il présidera de 1986 à 2003. Une fonction qui fera de lui le coordinateur pour la France des relations franco-allemandes.
 
C’est durant ces 17 années à la tête de la Commission France-Allemagne, qu’André Bord contribuera à l’organisation d’innombrables réunions de travail, de colloques d’experts, de conférences et de manifestations dans des domaines aussi variés que ceux de la culture, de l’éducation, des langues vivantes, du sport, de la jeunesse, de la santé ou encore de la défense. Il permettra en tant que coordinateur des relations franco-allemandes pour la France de rassembler la société civile et les administrations françaises engagées dans les relations franco-allemandes. Son action sera immense. On lui devra notamment la création avant-gardiste du conseil franco-allemand de l’Environnement en 1988.
 
Par son action, André Bord permettra d’orienter les décisions de deux Présidents de la République qu’il servira grâce au rapport et aux préconisations sur les relations franco-allemandes qu’il  leur remettait chaque année.
 
André Bord s’est éteint à 90 ans le 13 mai 2013, l’année des 50 ans de la coopération franco-allemande. L’ancien ministre gaulliste et résistant aura laissé une trace indélébile sur les relations franco-allemandes. André Bord était certes l’ami de personnalités de part et d’autre de la frontière mais il n’en oubliait pas pour autant les acteurs anonymes de la société civile franco-allemande. Il n’hésitait en effet jamais à soutenir des projets en tant que Président de la Commission France-Allemagne (CICFA). Il attachait également une très grande importance à la jeunesse et ne manquait jamais une occasion de rappeler le rôle essentiel des jeunes dans le renouveau nécessaire de la relation franco-allemande.
 
Au-delà de ses convictions gaullistes, de son amour de la France et de l’Alsace, de son profond attachement à l’amitié franco-allemande qu’il aura cultivée durant toute sa vie, André Bord était un véritable passeur de culture entre la France et l’Allemagne.
 
Que l’entente entre Paris et Berlin se dégrade, que les retards franco-allemands s’accumulent, on faisait appel à André Bord en toute discrétion pour trouver des solutions et permettre de poursuivre l’œuvre du rapprochement entre les deux pays.
 
André Bord était un personnage haut en couleurs, un personnage attachant. Bien que Président durant 17 années de la Commission France-Allemagne, il n’était pas indifférent à ce que l’on appelle encore « Monsieur le Ministre ». Cette marque de politesse et de respect qu’il attendait de ses interlocuteurs, cette petite coquetterie dirons-nous, faisait écho aux surnoms affectueux de « Dédé » ou du « Vieux » que lui donnaient en cachette certains proches et certains collaborateurs.
 
Sa voix quelque peu érayée teintée d’un savoureux accent alsacien faisait de lui une personnalité publique particulière dans certains cercles politiques et technocratiques de la France dite de l’intérieur. Des cercles chargés des questions franco-allemandes qui voyaient d’un mauvaise œil ou qui jalousaient en réalité le fait de voir un provincial haut en couleurs, de voir un autodidacte, s’investir avec tant de passion en faveur à la fois de l’amitié franco-allemande et du rayonnement de la France.
 
André Bord aura marqué la relation franco-allemande, c’est un fait. Certes, son action exemplaire n’aura pas été suffisamment médiatisée pour être reconnue à sa juste valeur par le grand public. C’est là une grande injustice.
 
Il faut espérer que sa mémoire et que le souvenir de son engagement puissent être entretenus tant son action au service de la France et de la relation franco-allemande a été aussi sincère que passionnée et immense. Espérons que des chercheurs et acteurs de la relation franco-allemande sauront entretenir sa mémoire et la promouvoir pour les générations à venir.
 
Vous qui nous écoutez sans doute de là-haut, je tenais à vous dire « Merci, Monsieur le Ministre ! », merci cher « Dédé » d’avoir donné sa chance un jour à un petit jeune, un jeune provincial à qui vous aviez dit « si c’est le hasard qui vous a fait venir, alors vous réussirez dans les relations franco-allemandes ».
 
A bientôt ! Bis bald ! Au revoir ! Tschüß !

La Chronique France-Allemagne est diffusée tous les lundis aux alentours de 7h15-7h20 en direct sur FM (pour Metz : 102 Mhz, Thionville : 94 Mhz, Moselle Est : 101,3 Mhz, Pays de Sarrebourg : 91 Mhz, Le Saulnois : 97,4 Mhz) ou en direct sur internet (www.radiojerico.fr).

Voici le flux RSS direct pour les podcasts : http://www.gregorydufour.eu/xml/podcast.rss

L’ensemble des podcasts de la Chronique est à retrouver sur www.gregorydufour.eu.

La Chronique France-Allemagne est également présente :

sur Facebook www.facebook.com/chroniquefranceallemagne et sur Twitter www.twitter.com/ChroniqueFRALL.
andre_bord,_figure_historique_de_la_relation_franco_allemande.mp3 André BORD, figure historique de la relation Franco Allemande.mp3  (5.17 Mo)



Sarre alors ! | Chronique France-Allemagne | Relations franco-allemandes / Grande Région | Sur mon oeil ! | A propos de l'auteur


Flux RSS